Logo Passei Direto

A maior rede de estudos do Brasil

Grátis
172 pág.
2016102610371981373 MmoirePhotoduCaire

Pré-visualização | Página 1 de 9

© (2012) Bibliotheca Alexandrina. 
REPRODUCTION NON COMMERCIALE
L’information contenue dans ce catalogue a été produite dans l’intention de la rendre aisément disponible pour une utilisation 
personnelle et publique non commerciale. Elle peut être reproduite, partiellement ou entièrement, par tout procédé, 
gratuitement et sans autre autorisation de la Bibliotheca Alexandrina. Il est toutefois demandé : 
•	 que	les	utilisateurs	fassent	preuve	de	diligence	raisonnable	en	s’assurant	de	l’exactitude	des	documents	reproduits	;
•	 que	la	Bibliotheca	Alexandrina	soit	citée	comme	source	de	l’information	;
•	 que	la	copie	ne	soit	pas	présentée	comme	une	version	officielle	des	documents	reproduits,	ni	comme	une	copie	faite	en	
collaboration	ou	avec	l’approbation	de	la	Bibliotheca	Alexandrina.
REPRODUCTION COMMERCIALE 
La reproduction d’exemplaires du contenu de ce catalogue entièrement ou partiellement, pour une redistribution commerciale 
est interdite sans l’autorisation écrite de la Bibliotheca Alexandrina.
Pour	obtenir	l’autorisation	de	reproduction	du	contenu	de	ce	catalogue	à	des	fins	commerciales,	veuillez	prendre	contact	avec	la	
Bibliotheca Alexandrina. BP 138, Chatby, Alexandrie 21526 – Egypte 
Mél : secretariat@bibalex.org
Imprimé par : United Printing, Publishing & Information Technology Co. S.A.E. Egypte
500 copies
La	mémoire	photographique	du	Caire	/	[introduction,	Ismail	Serageldin	;	auteurs,	Khaled	Azab,	ChaÏmaa	El-Sayeh	;
traduction, Nadia El-Wakil]. – Alexandrie, Egypte : Bibliotheca Alexandrina, ©2012.
p. cm.
ISBN 978-977-452-052-5
1.	Le	Caire	(Égypte)	--	Histoire	--	Ouvrages	illustrés.		I.	Serageldin,	Ismail,	1944-		II.	‘Azab,	Khālid	Muhmmad.
III.	Sāyih’,	Shaymā’.	IV.	El-Wakil,	Nadia.
962.1604--dc22 22170/2009
Introduction : 
Ismail Serageldin
Auteurs :
Khaled	Azab
Chaïmaa El-Sayeh
Traduction :
Nadia El-Wakil
Révision	et	Correction	d’Epreuves	: 
Noha Omar
Conception Graphique : 
Mohamed Gomaa
Les quartiers
Les places 
Les rues 
Les palais 
Les ponts 
Les aqueducs
Les lacs et les canaux
Les jardins 
Les hôtels 
Les musées et les opéras
Les paysages urbains 
11
25
43
85
99
105
125
133
143
155
165
SOMMAIRE
La première photographie du Caire, 1849
La	photographie	 représente	une	 transition	civilisationnelle	dans	 l’histoire	de	 l’humanité.	Ainsi	nous	avons	 tenu,	
depuis l’entreprise du projet de La Mémoire de l’Egypte Contemporaine – qui relate l’histoire de l’Egypte au cours 
des XIXe et XXe	siècles	à	travers	des	documents,	des	photos,	des	timbres-poste,	des	films	et	des	pièces	monétaires,	ainsi	
que	celle	de	la	vie	quotidienne	des	Egyptiens	–	à	enrichir	la	collection	de	photographies	originales	de	la	Bibliotheca	
Alexandrina,	de	telle	manière	à	ce	que	ces	photos	constituent	la	mémoire	visuelle	de	l’Egypte.	
Nombreuses	sont	les	personnes	et	les	associations	qui	ont	coopéré	avec	nous	dans	cette	perspective,	mais	à	leur	tête	
vient	le	don	prestigieux	du	Ministère	Egyptien	du	Tourisme,	avec	l’initiative	de	S.E.	Monsieur	le	Ministre	Zoheir	
Garranah, Ministre du Tourisme, d’offrir à la BA une collection d’albums de photos rares, qui appartenait au Roi Farouk, 
archivée,	après	la	Révolution,	dans	la	Bibliothèque	du	Ministère	du	Tourisme.	Cette	initiative	a	enrichi	les	acquisitions	
de	la	BA	d’une	collection,	qu’il	aurait	été	difficile	d’obtenir	autrement	et	qui	est	actuellement	accessible	au	public	sur	
le site de La Mémoire de l’Egypte Contemporaine. Nous présentons, par ailleurs, au public, une sélection d’albums 
imprimés	de	photos	insolites	du	Caire,	que	le	Dr	Khaled	Azab	a	préparée	avec	notre	jeune	collègue	Chaïmaa	El-
Sayeh,	à	l’avenir	promettant,	tandis	que	notre	graphiste	Mohamed	Gomaa	en	a	superbement	réalisé	l’album.	
Cher	lecteur,	l’album	que	vous	détenez	entre	vos	mains	présente	des	photographies	rares	de	places,	de	rues,	de	palais,	
de	ponts,	d’aqueducs,	de	lacs	et	de	jardins,	reflétant	la	vie	au	Caire	jusqu’à	1925.	Ces	photos	sont	utiles,	car	elles	nous	
donnent	une	image	de	la	vie	dans	la	cité,	tout	au	long	d’une	époque	qui	s’étale	sur	environ	cent	ans	;	d’une	part,	elles	
viennent	en	aide	aux	étudiants	et,	de	l’autre,	elles	nourrissent	l’imagination	des	amateurs.	
Nous	vous	promettons	de	vous	présenter	encore	plus	de	photos	rares	et	inédites	de	l’Egypte	;	la	Bibliotheca	Alexandrina	
aurait ainsi accompli la mission qui lui a été assignée : être la fenêtre du monde sur l’Egypte.
Ismail Serageldin
Directeur de la Bibliotheca Alexandrina
En	1839,	 le	Président	du	Parti	Républicain	Français,	François	Arago,	 annonce	devant	 l’Assemblée	Nationale	 en	
France,	la	découverte	de	la	photographie	;	il	déclare	également	que	le	gouvernement	français	s’était	empressé	d’acheter	
cette	découverte	qu’il	dédie	à	l’humanité.	
L’Egypte,	en	perpétuel	contact	avec	les	dernières	découvertes	de	l’Occident,	voit	prendre	la	première	photographie	
dans	la	région	arabe,	le	4	novembre	1839	à	Alexandrie,	en	présence	de	Mohamed	Ali	Pacha.	Avec	la	prise	de	cette	photo,	
la	région	arabe	entre	dans	une	ère	nouvelle	de	la	documentation	visuelle.	Des	centaines	de	photographes	commencent,	
dès	lors,	à	affluer	sur	l’Egypte	et	la	Syrie	;	des	milliers	de	photos	de	temples	et	de	vestiges	d’anciens	villages	et	villes	sont	
prises,	les	paysages	et	les	aspects	de	la	vie	quotidienne	sont	captés	par	la	caméra	des	photographes.	
Ces photos rencontrent un grand succès auprès du marché européen. Rien qu’au cours du XIXe siècle, plus de trois 
cents	photographes	s’activeront	en	Egypte	et	dans	les	pays	du	Levant	;	ils	sont	majoritairement	français	et	anglais,	avec	
quelques allemands et américains. 
Au cours des XIXe et XXe siècles, Le Caire connaît une période d’épanouissement dans le domaine de l’architecture, 
comme en témoigne la collection de photographies, rassemblée dans l’album classé dans la bibliothèque du Roi Farouk Ier. 
Cette	collection	permet	à	celui	qui	la	consulte	de	découvrir	les	aspects	de	la	vie	sociale	dans	la	ville	du	Caire,	
depuis 1849 jusqu’au début du XXe siècle.
Elle	comporte	des	photos	de	rues	et	de	places	du	vieux	Caire,	telles	les	places	de	Mohamed	Ali,	de	l’Opéra,	d’el-
Attaba	el-Khadra	et	les	rues	Emadeddin	et	Shubra.	Elle	comprend	également	des	prises	de	vues	de	nombreux	palais,	
que	la	dynastie	de	Mohamed	Ali	avait	élus	sièges	de	ses	gouvernements,	tels	les	palais	d’Abdine,	de	Koubbeh	et	de	
Kasr	el-Nil.	En	feuilletant	cet	album,	le	lecteur	pourra	suivre	les	mutations	urbaines	qu’a	subies	Arouss	el-Shark	ou	la	
ville	splendide	de	l’Orient	au	fil	du	temps	;	et	ce	à	travers	les	photos	des	deux	plus	vieux	hôtels	du	Caire,	Le	
Continental	et	Shepherd,	ainsi	que	les	photos	du	vieil	Opéra,	du	Musée	du	Caire,	du	pont	d’Abou	el-Ela,	des	jardins	
d’Azbakeya	et	de	Rosti,	des	plus	vieilles	mosquées	du	Caire	et,	finalement,	des	aqueducs	bâtis	et	des	lacs	creusés	au	
Caire.
Cette	collection	de	photographies	constitue	une	vraie	richesse,	qui	témoigne	du	niveau	avancé	du	Caire,	dans	les	
domaines	de	 l’architecture	et	de	 l’aménagement,	à	 l’époque.	Ces	photos	avaient	été	prises	par	des	artistes	 résidents	
et	de	passage	en	Egypte,	parmi	lesquels	Maxime	Du	Camp,	qui	a	publié	une	œuvre	illustrée	de	150	photographies,	
dans	laquelle	il	a	inscrit	ses	impressions	devant	les	sites	archéologiques	égyptiens,	qui	l’avaient	fasciné.	Cet	artiste	avait	
effectué	un	voyage	en	Orient	durant	lequel	il	avait	parcouru	l’Asie	Mineure	;	il	avait	visité	par	ailleurs	l’Italie	et	l’Algérie.	
En	1848,	âgé	alors	de	26	ans,	il	a	publié	Souvenirs littéraires	qu’il	a	dédié	à	son	ami	Gustave	Flaubert.	D’autres	artistes	
ont pris également nombre de photos, notamment : Francis Frith, Henri Béchard et G. Lekegian.
La	Mémoire	Photographique	du	Caire	constitue	certainement	une	référence	importante
Página123456789